Service du frère

Articles tirés du journal NDN

Accompagner les familles en deuil : être témoins de l’espérance de la Résurrection

Ils sont une vingtaine de laïcs, regroupés en binômes, à former l’équipe d’accompagnement des familles en deuil sur notre paroisse.

Les témoignages de ces bénévoles sont unanimes : ce n’est pas un service triste !« Il m’apporte même beaucoup de joie », confie Claire Mennesson. « Nous sommes directement dans l’humain. Il est nécessaire d’être attentif à l’autre, de faire le vide en soi pour pleinement l’accueillir. C’est souvent un moment privilégié pour rencontrer des personnes loin de l’Eglise : on est à cet instant un visage de l’Eglise actuelle, souriant, bienveillant, disponible. Il s’agit de leur ouvrir les portes de l’Eglise, qu’ils ne restent pas sur le parvis. Quand je suis avec ces familles dans la peine, je marche avec eux. Nous leur permettons de s’approprier la parole de Dieu afin que la célébration leur corresponde. Souvent les familles sont touchées lorsqu’on leur dit qu’on prie pour elles ».

François et Marie-Agnès d’Anthenaise ajoutent : « Ce service nous aide même personnellement à cheminer vers ce qu’est l’espérance de la Résurrection. La joie de cette espérance doit transparaître dans notre façon d’être et montrer qu’il y a des frères et sœurs prêts à accompagner leur défunt. Une fois par an, les familles accompagnées sont invitées à la messe des défunts et à déposer alors un lumignon en souvenir de la personne décédée, et on se retrouve ensuite pour un temps fraternel. Une façon de dire : ̏ on ne vous a pas oubliés.̋  Beaucoup en sont heureux. »

Claire Mennesson conclut : « J’ai récemment réalisé que cet engagement me permettait de vivre les cinq essentiels : la prière, la fraternité, la formation, le service et l’évangélisation. Quelle chance ! »

■ Aulde Brochard