Questions liturgiques

Articles tirés du journal NDN

Ultimes étapes avant le baptême !

 

 

Chaque année, des adultes de notre communauté paroissiale se préparent au baptême. Chaque année, au cours des quarante jours de carême qui précèdent la veillée pascale, nous vivons avec eux les dernières étapes liturgiques préparatoires à ces baptêmes : le rite des « Traditions », où sont transmis les trésors de la foi – le credo et le Notre Père. Le rite des « scrutins », trois dimanches successifs : le célébrant dit une grande prière pour demander au Seigneur de « scruter » le cœur des candidats au baptême, afin de disposer ces cœurs la grâce baptismale.

En cette année 2018, ces cadeaux liturgiques seront précédés par la célébration de « l’appel décisif et de l’inscription du nom », présidée par Mgr James à l’église de Bon Port le 18 février (premier dimanche de carême). Cette célébration a lieu chaque année dans une paroisse différente. Elle rassemble auprès de l’évêque les futurs baptisés de tout le diocèse et leurs familles.
Pour les candidats au baptême, c’est le moment de « l’élection », au terme d’un cheminement parfois long de plusieurs années – la formation de l’esprit et du cœur requiert de la patience !

Au cours de leur préparation, les catéchumènes ont été invités à vivre une conversion de la mentalité et des mœurs ; ils ont découvert le mystère de la foi avec leur intelligence et ont expérimenté leur appartenance à une communauté. Vient le moment où ils expriment explicitement leur désir de recevoir les sacrements de l’initiation – baptême, eucharistie et confirmation.

C’est l’« appel décisif », parce que la vie chrétienne est toujours la réponse à un appel – le choix de Dieu. Dans les semaines qui précèdent cette célébration, les catéchumènes ont écrit à l’évêque pour lui demander d’être baptisés, lui présentant leur parcours et l’assurant de leur désir de vivre une vie conforme à l’évangile. En réponse à cette demande, l’évêque, au cours d’une messe, appelle solennellement les candidats au baptême.

C’est l’« inscription du nom », parce que les candidats, en signe de fidélité à l’appel reçu, inscrivent leur nom au registre des futurs baptisés. Dans les pays de mission, il n’est pas rare, à ce moment-là, que les catéchumènes changent de prénom pour recevoir celui d’un saint. L’an dernier, Hassan, baptisé à Saint Nicolas, a choisi le prénom de Paul.

P. Sébastien de Groulard
NDN 13 - Carême 2018