Carnet de voyage :
Port-au- Prince, Canaan et Santo

 

Du 6 au 14 mars une délégation de paroissiens a visité nos frères haïtiens. Au retour ils nous donnent un écho de leur voyage.

Port-au- Prince, 5 heures, le coq chante.

Comme chaque jour, laudes et vêpres encadrent notre journée. Comme chaque jour, nous quittons tôt « Lafleur Ducheine » où nous accueillent les pères de Saint-Jacques, car se déplacer dans Port-au- Prince est compliqué : blocus (embouteillages) à toute heure de la journée, chaleur, moustiques, routes barrées… Une fois partis, impossible de programmer notre heure d’arrivée !

Assis dans notre machine (voiture) nous nous laissons conduire entre tap-tap (autobus locaux), camions, motos-taxis, tous peints aux couleurs bibliques. La religion est partout, sur les murs des maisons, sur les toiles qui volent au vent… Elle constitue l’essence même de la culture haïtienne. Sortir de la voiture nous est déconseillé, nous découvrons la capitale derrière les vitres. Saleté, poussière, pauvreté, absence de pouvoirs publics, combat pour la survie, amas de décombres, restes du séisme, foule en ébullition…

Trois heures pour atteindre, en haut de la colline de Canaan, la Mission Saint-Gabriel où nous nous rendons avec le père Joseph Hilaire. Là, pour une fois, l’ambiance est morose. Les enfants souffrent : insécurité, malnutrition, pauvreté ; leurs regards sont hagards.

Les adultes semblent inquiets. C’est avec eux que nous prierons le dimanche 11 mars. C’est cette communauté naissante, liée à la paroisse Notre-Dame des Anges, que nous voulons soutenir, c’est elle que nous mettrons sous la protection de Marie. C’est à eux que nous donnerons la priorité.

En bas de la colline, à Santo, sur un terrain verdoyant, l’école est belle. Deux cents enfants y sont scolarisés, et même s’il reste encore beaucoup à entreprendre, à imaginer, l’ambiance est plus douce. Assis sur les bureaux et chaises, financés par notre effort de partage de carême, les enfants entament un chant, une invocation à l’Esprit. L’émotion est palpable.

Tout au long de ce séjour, cet Esprit nous guidera, nous accompagnera dans chacune de nos
rencontres.

Rencontre avec des volontaires DCC qui nous aident à avancer dans les réalisations concrètes.
Rencontre chaleureuse avec le provincial des Montfortains, le père Jean-Jacques Saint-Louis, avec le père Rams, curé de Notre-Dame des Anges et le père Emile qui intervient dans les écoles et anime la chapelle Archange Gabriel liée à la paroisse Notre-Dame des Anges.
Rencontre fraternelle avec la famille Legrand qui, à chacune de nos visites, propose un déjeuner table ouverte. Rencontre avec le nouvel Archevêque de Port-au- Prince, fan du club de foot nantais.

Nous revenons en France remplis d’Espérance, celle qui donne la force d’aller toujours de
l’avant, poussé par ce peuple toujours debout.

 

 

Agnès, Alain, Anne Marie, Brigitte, Gaëlle, Jeanne
Article paru dans NDN 14 – Temps pascal 2018

Plus d’informations – Contacter Brigitte Ferry : brigitte.ferry44@gmail.com